opinion publique guerre du vietnam

The Myths that Made Us Fight, the Illusions that Helped Us Lose, the. Pour eux, en effet, cautionner les thèses de l’opposition à la guerre revenait non seulement à mettre en jeu la crédibilité de leur information mais aussi à se risquer hors des limites du débat légitime en trahissant la cause nationale22. L'actuel président des Etats-Unis paraît cependant échapper à l'impopularité que son prédécesseur s'était acquise dans l'opinion américaine du fait de la guerre du … Jusqu’en 1965, la préférence du public va à la solution de statu quo. Élites et médiations prend la suite du numéro précédent sur les Médiateurs interculturels pour définir les différents modes de médiation, institutionnels, professionnels, sociaux ou personnels, qui existent entre les groupes ethniques. Il faut attendre la fin du mois de mars et l’allocution surprise du Président pour que des décisions énergiques soient enfin prises. 13 S. Verba et al, « Public Opinion and the War in Vietnam », American Political Science Review 61, juin 1967, pp. 317-333. Tel est, d’après Edward J. Epstein, le format habituel des nouvelles sur le conflit sur les trois chaînes américaines : « With few exceptions, combat stories [...] began by showing (the American) initiative — search-and-destroy patrols, landing of helicopters, air bombardments, sweeps, etc — and concluded by measuring the effectiveness of the operation in terms of the “body count”.26. 3L’utilisation de ces seuls sondages s’avère toutefois insuffisante puisqu’ils ne reflètent pas l’évolution des sentiments pacifistes et militaristes au sein du public américain. Quelques mois plus tard, 67 % continuent de soutenir la politique agressive du gouvernement en matière de guerre aérienne17. 7De fait, l’homme de la rue a, pour appréhender et juger le conflit vietnamien, utilisé des critères qui n’avaient rien de commun avec ceux que lui proposaient les porte-parole du mouvement en faveur de la paix. The Left was to be given occasional peace overtures. Les médias américains ont donc, dans leur ensemble, servi le discours des dirigeants. Afin de reproduire, le plus fidèlement possible, la distinction entre « colombes » et « faucons », ils n’ont retenu que les résultats de réponses portant sur le retrait des troupes américaines au Vietnam et de celles en faveur de l’intensification des combats3. Les médias ne peuvent se passer des dirigeants qui sont leurs sources d’information les plus fertiles comme leurs cibles privilégiées. En 1972, par exemple, un an avant la fin des hostilités, alors qu’une majorité d’Américains se prononce en faveur du désengagement au Vietnam, il se trouve encore entre 45 à 55 % de personnes interrogées pour approuver la reprise des bombardements en avril, en septembre puis en décembre de cette année-là18. Il n’en est rien. 6Si le phénomène de rejet est aussi ample et profond — « faucons » et « colombes » se retrouvent dans leur hostilité au mouvement contestataire —, c’est sans doute parce que ce dernier représente, au-delà d’une menace physique à la sécurité des citoyens, une attaque contre les fondements mêmes de la société américaine. Un tel effort de dissimulation s’explique, en grande partie, par la nature même du conflit. Elu au poste suprême, il quitte son statut de simple mandataire d’un courant particulier d’idées pour devenir le représentant unique et légitime de la nation, le porte-parole de tous les citoyens, l’incarnation de l’unité nationale. Par la violence de ses tactiques, par l’outrance de sa rhétorique, le mouvement contestataire a effrayé l’électorat américain et engendré un phénomène de rejet presque unanime. L’importance des mesures prises ne peut plus être cachée. La presse d’élite américaine et l’affaire des « Pentagon Papers » :... http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/5046/img-1.jpg, http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/5046/img-2.jpg, La presse d’élite américaine et l’affaire des « Pentagon Papers » : le, Suggérer l'acquisition à votre bibliothèque. En 1966, pourtant, un fort sentiment pro-interventionniste finit par se déclarer. La nécessité économique d’attirer un public le plus large possible, de l’accrocher sans le mécontenter, encore moins le choquer, ne peut que limiter sa liberté d’expression. Vérifiez si votre institution a déjà acquis ce livre : authentifiez-vous à OpenEdition Freemium for Books. Une décision prise en 1965 s’avère, à cet égard, capitale pour la suite des événements. Information et propagande en temps de guerre : les médias et la guerre du Vietnam . Répétitifs, imprécis, trop simplistes, les reportages ont montré, soir après soir, le même scénario au décor et aux acteurs interchangeables. Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 1991 (généré le 30 décembre 2020). Aidez-moi financièrement sans payer : https://utip.io/telecrayon LIRE LA DESCRIPTION La guerre d'Indochine suivie de la guerre du Vietnam. ), Civilisations, cultures, littératures étrangères. Il concerne aussi bien les individus que les institutions ou les organismes qui, par leurs activités professionnelles ou bénévoles, se trouvent dans une situation d'intermédiaire entre des communautés différ... Les Médiateurs interculturels dans le monde anglophone (n°6 coll.). En mars 1969, les premiers signes d’un possible rééquilibrage entre les deux tendances sont décelables. La mode vient de virer : les producteurs ne veulent plus de gros films empâtés, mais des films «nerveux». Normally, officials frame the visual images television corn veys by their verbal explanations from which the journalists construct their voice-over narrative. 8 Sondage CBS, novembre 1969, in R. Chandler, Public Opinion: A CBS News Reference, New York: R.R. Si le traumatisme a été si puissant, s'il a persisté bien après l'événement et reste actif sous d'autres formes, c'est qu'il touche au plus profond de l'opinion publique américaine. Saigon et la réunification du Vietnam pour le parti communiste et en 1972 l’opinion publique s’était inversé avec 60% des habitants des USA qui pensait que ce combat était une erreur. « The war was fought for reasons of State, not out of anger. La fermeté, l’assurance de l’attitude présidentielle tranquillisent un public choqué par la hardiesse des attaques nord-vietnamiennes : les actions de représailles ordonnées par le chef de l’Etat font monter sa cote de popularité de 14 points14. En Amérique du Nord, carrefour traditionnel de rencontres et d'échanges, se sont élaborés bien des paradigmes du contact, de l'échange et du p... La mondialisation est très souvent perçue comme un processus d'uniformisation qui risque d'engloutir les cultures locales et ce, notamment, sur le plan linguistique, avec la domination de l'anglais. Lisez votre ebook La guerre du Vietnam et l'opinion publique américaine 1961-1973 sur votre liseuse où que vous soyez - Furet du Nord Le spectre d’une conflagration nucléaire est évoqué : c’est pour éviter une troisième guerre mondiale qu’il faut se battre au Vietnam33. On insistera également sur les conséquences en termes médiatiques de l’offensive du Têt lancé par le Viêt-cong, le jour du … Or le gouvernement n’agit pas. Tet disrupted for a time this close relationship between sources and television messages; the visual overwhelmed the verbal. »37. Pour éviter le recours à l’arme atomique, trop dévastatrice. 19 Voir W. Lunch et P. Sperlich, op. cit., p. 30, note 22. Aucun changement dans la ligne de conduite officielle n’est décidée dans les deux mois qui suivent les premières attaques communistes. Les médias et la guerre du Vietnam (jalon 3 Axe2) dans le thème 4 s’informer 13 juin 2019 16 juin 2019 Jean-christophe Diedrich Formation sur les nouveaux programmes du lycée (juin 2019) Les perspectives du progrès peuvent-elles ignorer l'environnement naturel ? The Public Papers of the Presidents: Richard Nixon, 1969. Plongez-vous dans le livre La guerre du Vietnam et l'opinion publique américaine 1961-1973 de Jean-Michel Lacroix au format . 15 B. Hughes, The Domestic Context of American Foreign Policy, San Francisco: W.H. Prétexte plus que finalité, la guerre sert aux contestataires d’illustration pour dénoncer les torts et travers du système politique et social des Etats-Unis. L’opinion publique, comme à son habitude, se rallie derrière son Président, attendant de lui qu’il déclenche une riposte efficace devant cette nouvelle menace36. Enfin, chaque fois que la police intervient contre les manifestants, le public, lui, se range du côté des forces de l’ordre. 24 E. Epstein, News From Nowhere, New York: Vintage, 1973, pp. 48-49. On observe, de même, que les courbes respectives des deux graphiques ne se croisent pas à la même époque. Les courbes qu’ils présentent n’évoluent pas en parfaite synchronie. How would you describe yourself — as a “hawk” or as a “dove”? »). Dès le début, l’entreprise est caractérisée par un décalage entre les actes et les discours, dans lequel se dessinent les prémices de la crise de confiance qui viendra ternir les relations entre le public et ses gouvernants. 25 O. Patterson III, « An Analysis of Television Coverage of the Vietnam War », Journal of Broadcasting 28 (4), automne 1984, pp. 397-404. Le graphique 1 présente les résultats de ces enquêtes. Cet antagonisme se nourrit d’un fort sentiment d’hostilité : un sondage effectué en 1968 par l’Université du Michigan fait apparaître une intense aversion envers les jeunes activistes10. Cet événement intermédiaire s’inscrit-il objectivement dans une évolution historique durable ? The President approved a change in mission for all Marine battalions deployed to Vietnam to permit their more active use under conditions to be established and approved by the Secretary of State [...].11. Graphique 1. 17 Gallup Opinion Index 21, février 1967. La guerre du Vietnam, bien plus qu'un événement isolé, a été un révélateur de la conscience américaine. OpenEdition est un portail de ressources électroniques en sciences humaines et sociales. 21 F. Siegel, Troubled Journey: From Pearl Harbor to Ronald Reagan, New York: Hill & Wang, 1984, p. 185. La première, la plus visible, la plus engagée et la plus active aussi, dénonce les effets nocifs et destructeurs du conflit, en Indochine comme aux Etats-Unis. 9Autre pôle rassurant : le chef de l’Etat. On voit le cheminement de la pensée publique, qui petit à petit, vis-à-vis … There was always light at the end of the tunnel. »23 Après 1969, par peur de lasser un public gavé de cinq années d’images sur le conflit armé, la télévision va changer de point de vue, mettant désormais l’accent sur le thème de la vietnamisation. « On a deeper level, gradualism was designed to control both the Right and the Left [...]. En provoquant des réactions intensément négatives, il a offert à certains une raison supplémentaire de soutien à la politique interventionniste de l’exécutif américain. Les médias, dont la télévision, entretiennent ainsi des rapports ambivalents avec les puissants. Et, pour ne pas avoir à justifier publiquement les décisions qu’il vient de prendre, il évite toute publicité prématurée en minimisant la portée de l’intervention militaire au Vietnam. 11Il semble, de fait, que l’opinion américaine ait longtemps refusé la possibilité d’une défaite au Vietnam. Dès lors, comment les justifier ? Le vide politique créé par les atermoiements du Président, incapable de riposter énergiquement, est bientôt rempli par le discours sensationnaliste de médias eux aussi déboussolés par l’absence d’une réaction ferme de la part des dirigeants. 1ère partie : Travail sur les docs du manuel : 1. (...) Yet immediately after the sending of troops into Cambodia, support for the action jumped. »15. La différence n’apparaît vraiment décisive qu’à partir du moment où une nouvelle politique commence à être formulée : le 31 mars 1968, Lyndon Johnson décide, pour la première fois, l’arrêt inconditionnel des bombardements américains ; le 3 novembre 1969, Richard Nixon ébauche, dans un discours à la nation américaine, son programme de retrait progressif des forces armées. D’un côté, il essaie de faire taire les critiques qui commencent à s’élever de toutes parts. La télévision a donc, en dernier ressort, entretenu l’apathie et la confusion du public américain. CAZEMAJOU, Jean (dir.) 2L’institut de sondages Gallup offre, pour la connaissance de ces mouvements, un précieux instrument de travail. C - 13013 Marseille FranceVous pouvez également nous indiquer à l'aide du formulaire suivant les coordonnées de votre institution ou de votre bibliothèque afin que nous les contactions pour leur suggérer l’achat de ce livre. 14La télévision porte, certes, une part de responsabilité dans ce phénomène d’érosion. Mais déjà les avis commencent à évoluer. 22 Pour une excellente analyse de ce problème, consulter D. Hallin, The « Uncensored War » : The Media and Vietnam, New York : Oxford University Press, 1986 ; M. Arien, Living-Room War, New York : Penguin, 1982 et R. Entman et D. Paletz, « The War in South-East Asia : Tunnel Vision on Television », in W. Adams (ed. Quels sont alors les rapports de force entre la puissance américaine et l'univers communiste ? ISBN: 2867811228 9782867811227: OCLC Number: 421726828: Notes: Contient un historique de la guerre du Vietnam en français et une anthologie de 64 textes en anglais publiés de 1964 à 1991. Il insiste plus particulièrement sur le rà´le des é... Élites et médiations dans le monde interculturel (n°7 coll.). Et pour cela, un impératif : rester maître des passions populaires. A ses yeux, la guerre n’est pas un crime, elle est une erreur4. 30 L. Baritz, Backfire: Vietnam — The Myths that Made Us Fight, the Illusions that Helped Us Lose, the Legacy that Haunts Us Today, New York, Ballantine Books, 1985, p. 320. Pour les dirigeants américains, en effet, la guerre au Vietnam est, et doit rester, un conflit limité. The Domestic Context of American Foreign Policy, (...) Yet immediately after the sending of troops into Cambodia, support for the action jumped. ». ... L'échange comme système de transaction entre individus ou communautés humaines s'applique autant aux biens matériels qu'aux « biens » symboliques. Entre août 1965, date à laquelle la question fut posée pour la première fois et mai 1971, c’est une baisse de près de la moitié des pourcentages initiaux de réponses « NON » qui est enregistrée, ces derniers passant de 61 à 28 pour cent en l’espace de six ans. They might not have been able so precisely to control a more passionate war. Car, très vite, l’ampleur que prend l’engagement militaire au Vietnam rend l’effort de dissimulation difficile, voire impossible. Après la flambée de patriotisme provoquée par les incidents du Golfe du Tonkin et les représailles américaines en août 1964, les esprits se calment. Faisant de leur croisade contre le conflit armé une croisade contre le système tout entier, ils foulent aux pieds les valeurs fondamentales de l’Américain moyen. Télécharger le livre La guerre du Vietnam et l'opinion publique américaine 1961-1973 de Jean-Michel Lacroix en version numérique. Conflit dramatique et sanglant, la guerre du Viêtnam a révélé au grand jour l'influence des médias sur l'opinion publique. Dès 1968, les « colombes » regagnent du terrain. 1Nous nous proposons dans cette étude de rendre compte des mouvements de l’opinion américaine pendant le conflit vietnamien avec la volonté d’offrir à la réflexion un nouvel éclairage sur la question. Par auteurs, Par personnes citées, Par mots clés. La question était la suivante: « People are called “hawks” if they want to step up our military effort in Vietnam. 9 Sondage Opinion Research Corporation of Princeton, New York Times, 16 mai 1971. Car ceux qui donnent leur voix au sénateur du Minnesota ne sont pas pour autant des pacifistes convaincus ; ce sont principalement des mécontents.

Accident N166 Aujourd'hui, Nîmes - Marseille Pronostic, Auberge De La Paix Sélestat Menus, Formation Crêpier En Ligne, Hadès Et Perséphone, Produit écologique Innovant, Subventions Ministère De Lenvironnement, Ammonite Film Complet, Edf Corse Contact,

Posted in Groceries.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *